Le charme du quartier des Carmes

L’élégance du quartier des Carmes à Toulouse m’a toujours captivée. A quelques pas de l’effervescence de la place Esquirol, ce splendide quartier mille fois plus paisible que la grande artère toute proche semble avoir été créé pour s’y promener. Je suis amoureuse de ses rues étroites et courbées, de ses trottoirs étriqués. C’est ici que je flâne le nez en l’air, allant d’échoppe en échoppe et cherchant des détails architecturaux au milieu des murs de briques roses-rouges.

Rue des Couteliers

Rue Joutx-Aigues
Place Rouhaix

Les ruelles aux accents médiévaux  – Rue des Couteliers, Rue des Filatiers, Rue des Marchands, Rue des Polinaires – sont une invitation au voyage dans le temps. La très agitée et commerçante rue des Filatiers vous mène jusqu’au marché des Carmes. Avant d’y revenir, un détour par les ruelles qui mènent jusqu’à Notre Dame de la Dalbade s’impose, l’ambiance sereine attire cependant peu de curieux. Cette église d’architecture gothique méridionale comporte un tympan de céramique de style renaissance italienne et un orgue de tribune classé parmi les Monuments Historiques. Le quai de Tounis sur les bords de Garonne nous offre la vue dont Claude Nougaro profitait lorsqu’il résidait sur les bords du fleuve dans sa maison aux croisées d’hortensia. Ne manquez pas non plus l’Hotêl de Pierre, malgré sa couleur et son style, nous sommes bien à Toulouse.

Même si la place des Carmes abrite un des plus grands marchés de la ville, on s’éloigne bien vite de cette place dénaturée par cet hideux parking aérien qui a remplacé dans les années soixante l’ancienne halle métallique où se tenait le marché. Jadis, un couvent ayant donné son nom au quartier occupait cet espace.

Le marché couvert des Carmes et son somptueux parking aérien

En face de cet édifice, on peut admirer le splendide Hôtel du Vieux Raisin, occupé par des bureaux d’avocats et quelques appartements. Entrez dans la cour, émerveillez-vous devant la finesse de l’architecture du XVIe siècle.

L’Hôtel du Vieux-Raison
Cour intérieure de l’Hôtel du Vieux-Raisin
Cour intérieure de l’Hôtel du Vieux-Raisin

Non loin, derrière, à l’angle de la rue Ozenne et de la rue d’Aussargues, une banque s’est installée dans l’Hôtel Dahus.

Hôtel Dahus
Hôtel Dahus

C’est autour d’une discrète place que j’ai découvert deux merveilles, dans les rues Mage et Bouquières. Il faut remonter lentement la rue Mage, cette rue étroite aux immeubles hauts, pour soudain apercevoir un porche. Je suis sur le pas de porte d’un lycée privé, je n’ose entrer et regarde de loin cette petite cour qui a l’air charmante. Une dame sort et m’invite à entrer. Je ne me fais pas prier et découvre un ensemble de bâtiments sublimes qui hébergent désormais un lycée privé professionnel. Je regagne la place Mage et c’est la rue Bouquières que j’emprunte. Les petites boutiques se succèdent et là, ô surprise, un fleuriste a envahi la moitié de la rue. Un régal olfactif et un plaisir des yeux.

Rue Mage
Le lycée privé Myriam, rue Mage
Courette intérieure du lycée Myriam
Lycée Myriam
Place Mage
Rue Bouquières, au loin: la plage Mage
La manufacture du beau et de l’utile, rue Bouquières
Fleuriste, rue Bouquières
Fleuriste, rue Bouquières
Fleuriste, rue Bouquières

Le quartier regorge de vieilles demeures et d’anciens Hôtels particuliers, remarquablement restaurés et entretenus, les murs des immeubles alternent la brique rouge-rose et les façades colorées. C’est dans ses ruelles que se cache le musée Paul Dupuy dans l’ancien Hôtel Besson.

Cour de l’Hôtel Besson, Musée Paul Dupuy
Dans la cour de l’Hôtel Besson, Musée Paul Dupuy
Entrée de l’Hôtel Besson, Musée Paul Dupuy

Non loin, en parcourant la rue Ozenne, on arrive au Jardin Royal et au Jardin des Plantes qui vous offriront un peu de verdure parmi les briques. Tout près de là, les curieux pourront étancher leur soif de curiosité au Museum d’Histoire Naturelle et au Quai des Savoirs, récemment ouvert.

Allées Jules Guesdes, entrée du Jardin des Plantes et du Muséum d’Histoire Naturelle
Allée du Jardin des Plantes
La verrière du Muséum d’Histoire Naturelle et l’église St Exupère
Allées Jules Guesdes

Si vous avez envie de découvrir d’autres quartiers toulousains je vous invite à cliquer sur les liens suivants:

Cet article est la version longue de ma participation à l’article collaboratif
Toulouse à travers les yeux des blogueurs publié sur le blog de Cindy.

 

Mathylde
Mordue de voyages

La Rue du Canard. Quand même. On est Toulousain ou on l’est pas?

6 commentaires sur « Le charme du quartier des Carmes »

  1. C’est magnifique ! Tes photos sont superbes.
    Je ne connais pas du tout Toulouse, mais là tu m’as clairement donné envie d’y aller!
    J’aime beaucoup ce côté médiéval et en même temps très Sud-Ouest. Ça se complète vraiment bien.

    J'aime

  2. C’est vraiment un super quartier que j’ai apprécié d’arpenter avec Pauline. Y habiter doit être assez sympa. J’ai adoré les petits coins cachés qui révèlent de magnifiques cours intérieures fleurit. Les hôtels particuliers, les façades d’immeubles…bref tout est beau dans ce quartier 🙂

    J'aime

    1. J’imagine bien c’est comme certains quartiers de Paris. Ça permet de rêver du coup c’est pas mal non plus 😉

      J'aime

Vous avez aimé? Vous me laissez un message?

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s